kabylieaucoeur

kabylieaucoeur

Matoub Lounès

 


Matoub lounes : un frère, un rebelle, un ardent porte-parole

 Le proverbe kabyle que j’ai choisi pour le mois de juin,  " Tsruhun wudmawen tghimin - d ysmawen"  "Les visages s'en vont, les noms restent ", s’adapte très bien pour Matoub. Plus qu’un nom, une œuvre, un combat, demeurent présent.

 

Nombreuses sont les personnes à regretter Matoub, à  écouter ses chansons avec nostalgie. Plusieurs personnes lui rendent hommage par des écrits. Il est une chanteuse

qui « lui écrit » régulièrement des lettres, c’est Malika Domrane. Si nous les regrouperions, nous pourrions les appeler :   Les mots du cœur et de l’âme pour Matoub. En effet Malika Domrane connaît Lounes depuis l’enfance, et à chaque anniversaire de sa mort, elle lui écrit de longues lettres, lui témoignant son amitié et admiration pour ses convictions, une façon d'entretenir sa mémoire,  le faisant en quelque sorte  revivre par le biais de ses lettres… mais sûrement  aussi  pour tenter d’apaiser un grand chagrin, un grand vide.

 

http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/matoub-lounes-Tant-que-j--aurais-les-yeux-ouverts.jpg

Le 24 janvier 1956 naît Matoub lounès, à Taourirt Moussa, en Kabylie.

Ce nom et ce prénom évoquent pour les kabyles le respect et l'émotion.

Matoub Lounès était  un chanteur et militant très engagé à défendre la cause amazigh  (berbère).

Il criait haut et fort son désaccord avec le gouvernement algérien. Il dénonçait  la dictature et l'islamisme en Algérie. Opposé au terrorisme islamiste, il condamnait l'assassinat d'intellectuels.

 

Matoub Lounès était  un ardent partisan de la démocratie et de la laïcité, il se faisait  le porte-parole des opprimés, il se sentait le patriote de toutes les patries opprimées.

Malgré une succession d'épreuves, il ne dévia jamais de son combat pour l'identité berbère.

 

Il fut enlevé le 25 septembre 1994 par un groupe armé, puis libéré à la suite d'une forte mobilisation de l'opinion kabyle.

 

Cette même année, il a publié  un ouvrage autobiographique " Le Rebelle " et reçoit le Prix de la mémoire, des mains de Danielle Mitterrand.

 

En 1996, il participe à la marche des rameaux en Italie pour l'abolition de la peine de mort.

 

http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/pierre-tombale-matoub.jpg
Le 25 juin 1998, restera toujours dans la mémoire des kabyles atteints au plus profond de leur âme par l'assassinat de Matoub Lounès.

Il a été assassiné sur la route menant de Tizi Ouzou à Béni Doula en kabylie.

 

La lumière sur ce meurtre n'a jamais réussi à être faite.

Les funérailles du chanteur drainèrent des centaines de milliers de personnes et la région connut plusieurs semaines d'émeutes.

Un symbole, un frère était mort.

 

La fondation Matoub lounès a été créée par ses proches afin de perpétuer sa mémoire, et promouvoir les valeurs défendues par Lounès, et tenter de faire la lumière sur son assassinat.

 

" Certes, si le corps se décompose,

la pensée, elle, ne meurt pas "

Matoub Lounès extrait de Kenza

 

 

L'amour, l'exil, l'histoire, les droits de l'homme, la revendication berbère, l'intégrisme, la paix, font partie des thèmes de ses œuvres.

 

http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/Matoub-ma-v--ritable-culture-est.jpg

 

Quand on discute avec un kabyle, il y a toujours un moment où le nom de Lounes Matoub est prononcé et aussitôt après, il s'en suit une forte émotion et des éloges.

 Il est présent dans le cœur et l'esprit, mais il manque à tous, pour certains la douleur est encore vive !

 

Il est visiblement des plaies qui ne sont pas guéries par le temps qui passe….

 Mais il reste le souvenir, lui, parle et chante encore dans les esprits, rien ne pourra l'empêcher de continuer à vivre à l'intérieur des personnes.

Les kabyles ne l'oublieront jamais, pour eux il est éternel !

 

 

 

 

Le nom de Matoub Lounès a été attribué à des rues, esplanades, salles de spectacles. En  juin  2015, c'est la ville de St Etienne, en collaboration avec les associations Nuymydia et E.C.L. A , qui inaugure l'Allée Matoub Lounès.   Une autre façon de se souvenir de lui et d'honorer sa mémoire. 

 

 Ci-dessous, un aperçu des textes de Matoub qui se voulait percutant. Ces chansons évoquaient tout ce que vous pouvait ressentir les kabyles dans leur vie quotidienne, avec comme toile de fond, la défense de l’identité berbère. La chanson Kenza a été écrite pour la fille de l’écrivain, poète et journaliste Tahar Djaout, à la suite de l’assassinat de son père.

 

 

KENZA     

 

Icceqeq ifsex igenni http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/kenza-matoub-vf-1-blog.jpg

 

Lehwa tessared azêkka

 

yal targa tremmeg a tneggi

 

A tsseggixent tghuza

 

Ddew tmedlin teffegh d teghri

 

Tesrârrêh abbuh a tarwa

 

A kenza a yelli

 

Sêbr as i lmêhna

 

D isflan neghli

 

F Ldzayer uzekka

 

A Kenza a yelli

 

Ur tsru yara

 

X as terka ldjessa tefsi

 

tikti ur tetsmetstat ara

 

X as fellagh qeshêt tizi  http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/kenza-matoub-vf-2-blog.jpg

 

I facal ad d nadjdjew ddwa

 

X as negdên achâl d itri

 

Igenni ur inegger ara

 

A Kenza a yelli

 

Ur tsru yara

 

Sebba f neghli

 

D Ldzayer uzekka

 

A Kenza a yelli           

 

Ur tsru yara

 

Fran ts fellagh zik enni

 

Uqbel a d yêhdêr wass a

 

Isêggaden n tmusni

 

F tumûrt ghêdlen d rrehba

 

Nnghan Rachid Tigziri,

 

Smail ur thezgilen ara

 

Nnghan Lyabes d Flisi

 

Busebsi d wiyâd mêrra

 

A Kenza a yelli

 

Sêbr as i lmêhna

 

D isflan neghli

 

F Ldzayer uzekka

 

A Kenza a yelli

 

Ur tsru yara

 

Xêrsum d yiwen ad d yegûri

 

Ad agh i d ismekti azekka

 

F ldjerh' iqcerâ ad d yali

 

Ad d nban ger tmura

 

Tarwa nnegh ad d tennerni

 

X as akken g ûrebbi n tlufa

 

A Kenza a yelli                        

 

Ur tsru yara

 

D isflan neghli

 

F Ldzayer uzekka

 

A Kenza a yelli

 

Ur tsru yara.

 

http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/taureau-symbole-berbere-kabylie-.jpg

LES MONTAGNES SONT MA VIE 

 

 

Du tribut de mon sang j'ai irrigué les monts   http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/Les-montagnes-sont-ma-vie-vk-1.jpg

 mon empreinte s'imprime à jamais,

 quand ils ont en juré l'anéantissement ;

 Qui s'impatiente de me voir mort,

 et qui calomnie mon nom,

 à chaque col devra m'affronter

 

 

 

J'ai laissé mon bien à l'abandon,

 je l'ai trouvé gisant dans l'immondice,

 J'ai porté le regard sur mon honneur,

 j'ai vu des bourreaux.

Bien que la force ait fui mes membres,

 Ma voix demeure, qui retentira,

 Ils l'entendront !

 

 L'on dit : La montagne s'est ébranlé !

 Et tu n'y étais pas !

 

Chacun s'en va répétant,

 c'est aujourd'hui jour de l'an.

 Notre terre étincelle comme un phare.

  A Tizi le peuple afflue.

 A Bougie éclatent les salves de la victoire,

 

L'on a brisé le joug de nos souffrances :http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/Les-montagnes-sont-ma-vie-vk-2.jpg

 Ma vie ! ma vie !

 Les montagnes sont ma vie !

 

 

 Ah ! Etre présent au milieu de vous,

 

ne fût- ce que par la parole combattre !

 

Les calvaires dont je suis frappé

 sont devenus mon unique empire,

 

Mais puisque les Kabyles s'unissent,

 ils dissiperont nos funestes tares,

 

A quoi bon les vains verbiages :

 la berbérité fonde leur histoire ;

 Elle est la racine de leur vie,

 Il est temps que se purifie notre condition.

 

Ma vie ! ma vie !

A bon droit mon cœur s'afflige,

 puisque je ne suis pas parmi vous.

 Son fardeau lui pèse, déborde,

 excède ses forces, il n'en peut plus !

 

Il veut que l'entendent les malfaisants,

 ceux-là qui mangeront du foin

 Quand notre blé purgé de l'ivraie.

 Que celui qui dit l'esseulé humilité,

 Vienne affermir son propos,

 

S'il nous terrasse, c'est bien fait !

 Les mots infâmes triomphent de la malédiction,

 selon l'adage de nos ancêtres.

 Pourquoi irai-je me tourmenter,

 Pour quelques brimborions ?

 Les forces me reviendront,

 

Portez mon salut aux enfants,

 Qu'ils chantent la terre de Berbérité :

 L'héritage de Mouloud Mammeri,

 Comme la foudre dans le ciel éclate :

 En sentez-vous les gouttes tomber ?

 

Les montagnes sont ma vie !

 

 http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/livre-tourne.gif

 

Bibliographie :

 

 

  * Lounès Matoub (en collaboration avec Véronique Taveau), Rebelle, Editions Stock, 1995 mon-frere

 

* Malika Matoub, Matoub Lounès, mon frère, Editions Albin Michel, 2000

 

* Nadia Matoub, Pour l'amour d'un rebelle, Editions Robert Laffont, 2000

 

* Lounès Matoub (présentation et traduction de Yalla Seddiki), Mon nom est combat, Editions La Découverte, 2003

 

* Abderrahmane Lounès, Le barde flingué, Editions Publisud, 2006

 

* Abderrahmane Lounès, Le testament, Editions Publisud, 2006

 

http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/b--lier-symbole-berbere-kabyle-.jpg

 

 

Créations vidéos, version sous-titré en kabyle et français.

 

 

« Tighri n tadjalt » «  la révolte de la veuve » Chanson de Matoub Lounès.

 

Création vidéo : Kollyns, d’après Yalla Seddiki, Matoub Lounès, mon nom est combat, et Hymne à Boudiaf.

 

 Les créations de Kollyns sont très belles, artistiques, et traduites ce qui donne une meilleure approche de l'oeuvre de Lounès Matoub.

 

 

 


  Hymne à Boudiaf 


 

Isabelle.

 

http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/matoub-portez-mon-salut--kabylie-au-coeur-.jpg

 

 http://static.blog4ever.com/2015/02/795987/blog-kabylie-au-coeur-articles-2.png

Consulter sa discographie  

 

 

 

 

Kabylie au coeur 

 

 


25/06/2015
0 Poster un commentaire